rencontre avec Monsieur Berjot, architecte

Publié le par francois

Les positions contradictoires des architectes, à la lecture des différents journaux, ont naturellement généré une  incompréhension.
Dans une démarche donc de compréhension, les riverains de la rue de Geole ont décidé de rencontrer l'architecte avranchinais, M Emmanuel Berjot l'un des concepteurs du Scriptorial avec les cabinets parisiens Cléris et Daubourg.
Un rendez vous a été fixé le mardi 19 décembre en fin de journée. Le jour dit, nous (moi-même, Damien Soudée et Hervé Tesnière) nous sommes entretenus  avec Monsieur Berjot à son agence sise boulevard Foch.
La première question posée à Monsieur Berjot a été de nous expliquer son apparente volte-face concernant la proposition de trompe-l'oeil.
Selon l'intéressé, l'article de la Manche Libre résulte d'un malentendu ou d'une mauvaise interprétation. Il aurait indiqué au journaliste que les cabinets d'architectes (qu'il représente) sont "ouverts à toute proposition", ce qui ne signifie pas qu'ils sont favorables au trompe-l'oeil ou à tout autre projet.
Nous apprenons ainsi par Monsieur Berjot que les différents cabinets d'architecte "n'ont pas été saisis par courrier par la mairie" concernant notre proposition de trompe-l'oeil, alors qu'elle s'était engagée à le faire lors d'une réunion avec Monsieur Huet, maire d'Avranches, le 7 novembre 2006.

Il est donc étonnant de lire dans le compte-rendu du conseil municipal paru dans Ouest France  le 15 décembre (cf article précédent) que Monsieur Huet, concernant le revêtement du mur, "attend la proposition des  architectes" alors que si ces derniers n'ont pas été saisis formellement par la mairie, aucune proposition ne peut lui être faite ...

Un rendez-vous pour début janvier 2007 a été demandé ce jour auprès du secrétariat de Monsieur le Maire afin d'obtenir des précisions sur l'état d'avancement de notre proposition et d'autres sujets qui seront (peut être) ultérieurement développés.



Publié dans trompe-l'oeil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article