communiqué de presse

Publié le par francois

Les riverains de la rue de Geole sont-ils les grands oubliés du projet du Scriptorial, le musée des manuscrits du Mont saint Michel ?

Il semblerait que les architectes et la municipalité ne se soient pas trop inquiétés de leur existence à la vue du mur du musée coté rue de Geole.

Courant 2003, lors de réunions et discussions, le futur mur avait été « vendu » aux riverains par les adjoints du maire comme n’étant pas plus haut que le précédent [mur d’enceinte du bâtiment EDF] et qu’il serait revêtu d’un parement en pierre pour s’intégrer au mieux au quartier historique d’Avranches.

Au final le mur est plus haut de plusieurs mètres et est constitué de béton grisâtre.
Rare sont ceux qui apprécient l’esthétisme de cette façade, qui tranche avec le vieux habitat des maisons riveraines et du quartier plus largement.

Pour atténuer ce contraste, la municipalité envisage d’appliquer une simple lasure de couleur sur ce mur.

Lors d’une récente réunion (mardi 7 novembre 2006), les riverains ont présenté aux élus un projet de trompe-l’œil afin de valoriser la façade du mur. Il s’agit d’un croquis réalisé par un avranchinais représentant la rue de Geole au Moyen-Age.
Ce dessin, peint sur la façade, présenterait plusieurs atouts.
Au niveau architectural, il intégrerait le Scriptorial coté rue de Geole dans son environnement en lui donnant un aspect plus en rapport avec le coté historique du quartier.
La représentation murale correspondrait avec la thématique médiévale du musée (manuscrits du Mont Saint Michel).
Enfin le trompe-l’oeil ne serait pas sans susciter un intérêt touristique, contribuant à la valorisation du Scriptorial et au delà celle de la ville d'Avranches.

Le projet pour aboutir doit être validé par les architectes qui, en tant que concepteurs, ont des droits intellectuels sur le bâtiment, ainsi que par la municipalité pour la réalisation.

Nous ne doutons pas que le bon sens primera.



Publié dans trompe-l'oeil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article